Blog de Catherine Pierdat, auteure

4. nov., 2021

La Sainte-Baume, dernier refuge de Marie-Madeleine ?

Un site grandiose

«En arrivant sur le plateau du Plan d'Aups, dit le frère Philippe Devoucoux du Buysson (ancien gardien de la grotte), le visiteur s'émerveille d'abord devant la majesté de la longue barre rocheuse qui s'allonge au dessus de lui sur 12 Km de long d'Est en Ouest. Au centre de cette barre exposée au Nord, le regard est principalement attiré par une falaise légèrement incurvée, de près de 150 mètres d'à-pic. Au cœur de celle-ci s'ouvre une ténébreuse caverne appelée «baoumo» et devenue «sainte Baume» depuis le séjour solitaire qu'y aurait effectué sainte Marie Madeleine. Le nom a, depuis, englobé tout le massif dont la ligne de crête culmine à plus de 1000 mètres... »

Bois sacré, forêt de légende

Le pèlerin ou le visiteur devra, dans un premier temps, monter pendant plus d'une heure à travers une forêt épaisse où les rayons du soleil, pourtant éclatants en Provence, ne pénètrent jamais. Les chênes et les hêtres y sont plusieurs fois centenaires, et certains ifs, dit-on, seraient âgés de mille ans. Partout l'eau suinte dans l'étrange forêt. Tout est sombre et silencieux. Mais on s'y sent bien. La forêt est bienveillante.

L'arrivée à la grotte

Après son ascension à travers la forêt, le pèlerin devra encore affronter les 150 marches d'escaliers qui montent jusqu'au petit monastère pour accéder à l'entrée de la grotte.

La grotte renferme un précieux reliquaire dans lequel sont déposés un fragment de tibia de la sainte, ainsi qu'une mèche de cheveux. Nous en reparlerons.

Le pèlerinage se termine avec la montée vers le saint Pilon qui culmine à 100 mètres au dessus de la grotte. (Chapelle du St Pilon)